Blog

Comment se passe l'installation d'une VMC simple flux ?

Rony
Rony
4.6.2024
8 minutes
illustration d'une vmc simple flux
Partager l’article
L'essentiel
  • Sélectionner une VMC simple flux adaptée nécessite de considérer le volume d'air à renouveler et le nombre de pièces humides. Entre les modèles autoréglables et hygroréglables, le choix impacte directement l'efficacité énergétique et le coût.

  • L'emplacement des éléments comme le caisson VMC et les bouches d'extraction est crucial. L'installation, complexe, est recommandée à être confiée à un professionnel pour assurer une intégration efficace

  • Les accessoires comme les gaines et les bouches doivent être choisis en fonction du type de VMC et esthétiquement adaptés. Leur emplacement stratégique dans le logement optimise la performance du système.

  • Une fois installée, la VMC doit être mise en service par un expert pour ajuster le débit d'air selon les spécificités du logement, garantissant ainsi une ventilation optimale.

  • Pour maintenir l'efficacité de la VMC, un entretien régulier des bouches, gaines et caisson est indispensable, contribuant à la longévité du système et à la qualité de l'air intérieur.

Introduction

L'installation d'un système VMC simple flux est un excellent moyen d'améliorer la qualité de l'air intérieur de votre habitation. Elle permet d'évacuer l'humidité et les polluants de votre logement, tout en assurant un renouvellement d'air sain.

Sans système VMC, vous devez aérer régulièrement votre logement en ouvrant vos fenêtres. Le problème de cette aération dite “naturelle” est qu’elle laisse entrer beaucoup d’air frais dans votre logement, augmentant ainsi vos besoins en chauffage, et donc vos factures d’énergie. Le système VMC vous permet d’aérer votre logement de manière beaucoup plus efficace, et ainsi de réduire vos besoins en chauffage.

Ce guide complet vous permet de comprendre toutes les étapes de l'installation, de la sélection du modèle à la mise en service, en passant par le choix des fournitures nécessaires à l’installation.

Choisir le modèle de VMC simple flux adapté à vos besoins

L’élément principal d’un système VMC est le caisson VMC, aussi appelé bloc VMC.

Ce caisson est connecté d’une part à des gaines reliées aux pièces humides, et d’autre part à une gaine reliée à l’extérieur. Il contient également un moteur permettant d’aspirer l’air provenant des pièces humides, pour le rejeter vers l’extérieur du logement.

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour choisir son caisson VMC :

  • Le volume d’air à renouveler, pour déterminer le débit du bloc VMC  : l’objectif de votre système VMC est de renouveler l’air de votre logement. Pour fonctionner correctement, il devra renouveler entièrement l’air de vos pièces humides 10 à 15 fois par heure. Si vos pièces humides font 10m3, il faudra donc un bloc VMC assurant un débit de 100 à 150m2/h.
  • Le nombre de pièces, pour déterminer le nombre de gains d’extraction : chaque pièce humide (salle de bain, cuisine, WC) doit être équipée d'une bouche d'extraction. Pour chaque pièce humide, vous aurez une gaine. Il faut choisir un bloc VMC permettant de connecter le nombre de gaines requis. Certains blocs ne permettent de connecter que deux gaines, d’autres quatre, d’autres six, etc.
  • Le type de ventilation :
    • La VMC autoréglable assure un renouvellement continue de l’air du logement, peu importe si l’air est vicié ou non. En hiver, elle fait donc entrer de l’air froid en continu, ce qui n’est pas très performant
    • La VMC hygroréglable va adapter son débit en fonction du niveau d’humidité de chaque pièce humide. Si vous prenez votre douche, elle va aspirer plus fortement l’air de votre salle de bain. Le reste de la journée, le débit sera plus faible. Cela permet de ne faire rentrer de l’air froid en hiver que lorsque cela est nécessaire. C’est donc plus économique et efficace, mais aussi un peu plus coûteux. Si vous choisissez un modèle hygroréglable, sachez qu'il en existe deux types :
      • Type A : seules les bouches d’extraction situées dans les pièces humides modulent le débit d’extraction d’air
      • Type B : les bouches d’entrée d’air modulent également le débit d’entrée d’air dans le logement
  • Le niveau sonore : Les différents modèles ne sont pas tous aussi silencieux. C’est donc un critère à prendre en compte. Bien sûr, cela est à mettre en regard du prix que vous êtes prêt à mettre. Un modèle haut de gamme sera plus silencieux, mais également plus cher.
  • L’encombrement : Selon la configuration de votre logement, vous serez peut-être obligé de placer votre bloc VMC dans un espace réduit. Vous devrez donc choisir un bloc VMC donc la taille convient à vos contraintes d’installation. De nombreux modèles ont été spécifiquement conçu pour ce type de contraintes

{{widgetCTA03="/components/blog"}}


Déterminer l'emplacement des différents éléments de votre VMC simple flux

Le bloc VMC : idéalement, il est à placer dans vos combles perdus, si vous en avez. C’est un espace suffisamment volumineux pour placer votre bloc VMC. Cela permet de connecter la sortie d’air directement au toit qui est à côté et d'amener les différentes gaines d’extraction juste au-dessus de vos pièces humides.

L’interrupteur : avec le bloc VMC est fourni un interrupteur qui permet de faire varier le débit du bloc VMC, ou d’arrêter le système. Vous devez réfléchir à l'endroit où vous souhaitez le situer, sachant qu’il devra être relié au bloc VMC. 

Les bouches d'extraction : elles doivent être placées en hauteur dans les pièces humides. En effet, la vapeur d’eau a tendance à monter. Elles doivent aussi être situées à des emplacements qui permettent d’y connecter facilement les gaines qui seront reliées au bloc VMC.

Les bouches d'entrée d’air doivent être installées dans les pièces sèches (salon, chambres). Généralement, elles sont placées au-dessus des fenêtres, au niveau du montant supérieur, car cela nécessite des percements mineurs. Mais en théorie, elles peuvent sans problème être placées ailleurs.

La bouche de sortie d’air : elle doit donner vers l’extérieur pour évacuer l’air en provenance des pièces humides. Elle est souvent placée au niveau du toit, si vous êtes dans une maison qui comporte des combles perdus, pour des questions de facilité d’installation. Mais théoriquement, elle peut être placée ailleurs. L’important est qu’elle puisse être facilement reliée à votre bloc VMC par une gaine.

Les gaines : vous devrez réfléchir à comment faire passer vos gaines, qui relieront votre bloc VMC à chacune des bouches d’extraction. Les diamètres des gaines vont de 60 à 150 mm, et elles peuvent donc être volumineuses. 

Choisir les accessoires

Les gaines : 

  • Diamètre : ce paramètre dépend du débit souhaité dans la pièce. En pratique, on choisit :
    • Pour une salle de bain ou des WC : 80 mm
    • Pour une cuisine : 125 mm
    • Pour un rejet extérieur  160 mm
  • Isolation : si votre gaine passe dans des volumes non chauffés, il faudra choisir une gaine isolée pour éviter la condensation


Les bouches d’entrée d’air

  • Type de bouche d'entrée d'air : si vous avez opté pour une VMC hygroréglable de type B, vous devrez choisir des bouches d’entrée d’air hygroréglables, qui s’ouvrent et se referment en fonction du niveau d’humidité à l’intérieur du logement
  • Esthétique : les bouches d'entrée d'air sont visibles, l'aspect esthétique est donc important


Les bouches d’extraction : 

  • Type de bouche d’extraction: si vous avez opté pour une VMC hygroréglable, vous devrez choisir des bouches d’extraction d’air hygroréglables, qui s’ouvrent et se referment en fonction du niveau d’humidité à l’intérieur du logement 
  • Esthétique :  l’aspect esthétique est important


La sortie de toiture : 

  • Si votre sortie d’air se fait par le toit, vous devrez choisir un chapeau de toiture.

Installer la VMC simple flux

L'installation d'une VMC simple flux doit être réalisée par un professionnel. 

Les étapes de l'installation :

  1. Fixer le caisson de la VMC : celui-ci doit être suspendu avant d’éviter que les vibrations qu’il produit ne se propage aux murs 
  2. Installer les bouches d’extraction. 
  3. Installer la bouche de sortie d’air
  4. Raccorder les gaines aux bouches : cela peut s’avérer complexe sur certaines installations
  5. Installer les bouches d’entrée d’air
  6. Brancher la VMC au réseau électrique.
  7. Installer l’interrupteur du bloc VMC
  8. Réaliser les travaux de finition :
    • Le coffrage du bloc VMC dans un faux plafond
    • Le coffrage des gaines
    • Le raccord de toit si la sortie est par la toiture
  9. Mise en service : la VMC doit être mise en service par un professionnel. Il est particulièrement important de régler le débit d'air en fonction de la superficie de votre logement et du nombre de pièce

Entretien

  • La VMC simple flux doit être entretenue régulièrement pour garantir son bon fonctionnement.
  • Il est préconisé de nettoyer les bouches et les gaines une fois par an.
  • Il est préconisé de nettoyer le caisson de la VMC tous les deux ans.

L’expertise Ecair dans votre projet d’installation d’une VMC simple flux

Chez Ecair, notre force réside dans notre capacité à gérer intégralement chaque étape de votre projet d'installation de VMC simple flux. Cela vous assure un contrôle complet et une transparence à chaque moment du processus. De la première consultation à la livraison finale, vous bénéficiez de l'avantage d'avoir un unique point de contact chez Ecair. Et ça fait toute la différence !

Ecair vous guide à chaque étape, de l'analyse de vos besoins jusqu'à la sélection du système VMC le plus adapté. Nous prenons en compte le volume d'air à renouveler et le nombre de pièces humides pour vous proposer la solution idéale, en équilibre entre performance énergétique et budget. Vous pouvez simuler dès maintenant votre projet en moins de 3 minutes, grâce à notre simulateur gratuit !

Avec Ecair, bénéficiez d'un accompagnement complet, alliant expertise technique et service personnalisé, pour une installation de VMC simple flux réussie et pérenne.

{{widgetIG01="/components/blog"}}

Questions fréquentes

Quand doit-on éteindre la VMC ?

Il est généralement recommandé de ne pas éteindre la VMC. Elle est conçue pour fonctionner en continu afin de garantir un renouvellement constant de l'air intérieur, ce qui est essentiel pour maintenir une bonne qualité de l'air et éviter les problèmes d'humidité et de moisissures. L'arrêt de la VMC peut entraîner une accumulation de polluants et d'humidité, nuisible à la qualité de l'air intérieur et à la santé des occupants.

Qui pose une VMC, un plombier ou un électricien ?

La pose d'une VMC peut être réalisée par un plombier ou un électricien, les deux ayant les compétences nécessaires pour installer ce type de système. Toutefois, il est important de choisir un professionnel ayant de l'expérience spécifique dans l'installation de VMC pour garantir une mise en place optimale et conforme aux normes en vigueur.